Protection des espèces

Pro Natura regroupe sous la notion de «protection des espèces» toutes les mesures qui assurent le maintien des espèces de plantes, d’animaux et de champignons dans leur aire de distribution naturelle. La protection des espèces ne s’occupe donc pas seulement des espèces menacées, mais de toute la biodiversité.


Un tiers des espèces végétales et 40% des espèces animales qui vivent en Suisse se trouvent sur les listes rouges. Cette proportion importante d’espèces menacées montre que la Suisse en fait trop peu pour la conservation de la biodiversité. C’est pourquoi Pro Natura agit elle-même en s’investissant pour l’encouragement de nombreuses espèces animales, végétales ainsi que pour leurs habitats, cela en réalisant ses propres projets.

 

Pro Natura s’investit pour que les activités humaines - comme l’agriculture, la foresterie ou les loisirs - s’exercent en tenant compte de la biodiversité et pour que les conditions-cadres politiques soient définies de manière adéquate.


Pro Natura s’investit également pour que les conflits d’intérêts entre les hommes, les animaux et les plantes ne se résolvent pas uniquement au détriment de la nature, mais se résolvent, par exemple, en corrélation avec le retour du lynx, de l’ours et du loup.


Pro Natura s’investit pour le bon fonctionnement du réseau des réserves naturelles. Les projets de nouveaux parcs nationaux sont intégrés dans ce réseau.

 

Pro Natura contribue elle-même à ce réseau en protégeant et en surveillant de nombreuses réserves naturelles. Pro Natura revalorise aussi des ruisseaux, des rivières, des marais, des prairies sèches, des forêts et encore d’autres habitats très importants pour la conservation de la biodiversité. Elle réalise aussi de nombreux projets ciblés d’encouragement de certaines espèces pour lesquelles la Suisse porte une grande responsabilité, afin que leurs populations recommencent d’augmenter et qu’elles puissent à nouveau s’étendre. Elle le fait, entre autres, pour le castor, la chauve-souris, les grenouilles et autres amphibiens, les reptiles, les papillons, mais aussi pour les libellules, les sauterelles, la rosalie des alpes, les abeilles sauvages et bien d’autres insectes.